Le nouveau travail

Un chômeur postule pour un poste de déboucheur de chiottes chez Microsoft. Le directeur des ressources humaines le convoque pour l’entretien, puis lui fait passer un test. Il lui dit :

 » Tu es engagé. Donne-moi ton adresse email et je t’enverrai le formulaire rempli ainsi que la date à laquelle tu devras te présenter pour commencer ton travail.  »

L’homme, désespéré, répond qu’il ne possède pas d’ordinateur et donc pas d’adresse email. Le DRH lui dit alors qu’il est désolé, mais que s’il n’a pas d’email, cela signifie que virtuellement il n’existe pas, et comme il n’existe pas il ne peut pas avoir le job.

L’homme sort, désespéré, sans savoir que faire avec seulement 10 dollars
en poche. Alors il décide d’aller au supermarché et d’acheter une caisse de 10 kilos de fraises. Il fait donc du porte à porte pour vendre ses fraises au kilo, et en moins de deux heures il réussit à doubler son capital. Il répète l’opération encore trois fois et revient chez lui avec 60 dollars.

Alors, il réalise qu’il pourrait survivre de cette manière. Il part de chez lui tous les jours plus tôt et revient chez lui plus tard, et ainsi triple ou quadruple son argent chaque jour.

Peu de temps après, il achète une charrette, puis l’échange contre un camion et peu de temps après se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.

5 ans passent…

L’homme est maintenant propriétaire d’un des plus grands réseaux de distribution alimentaire des États Unis. Il pense alors au futur de sa famille et décide de prendre une assurance vie.

Il appelle un assureur, choisit un plan d’assurance et quand la conversation prend fin, l’assureur lui demande son adresse email pour lui envoyer la proposition.

 » Ah, je suis désolé, répond l’homme, mais je n’ai pas d’email.
– Curieux, lui dit l’assureur, vous n’avez pas d’email et vous êtes arrivé à construire cet empire. Imaginez où vous en seriez si vous aviez une adresse email !  »

L’homme réfléchit un instant et répond :

 » Je serais déboucheur de chiottes chez Microsoft ! « 

Laisser un commentaire